Guide pratique Qualité de l’eau

#3 – Comment traiter l’eau de récupération ?

hemelwater

En Belgique, chacun consomme en moyenne 120 litres d’eau par jour. L’eau consommée sert pour la boisson et la cuisine, bien sûr, mais aussi – et surtout – pour l’hygiène et le nettoyage. Pour certains de ces usages, il n’est pas indispensable de recourir à l’eau du robinet ; l’eau de récupération peut représenter une alternative intéressante, permettant de baisser sa consommation d’eau potable – et de faire des économies. Il est cependant indispensable de connaître la réglementation associée à son utilisation ainsi que ses solutions de traitement, avant de l’exploiter.

La réglementation sur l’utilisation de l’eau de récupération

C’est surtout dans les régions du monde confrontées à des situations de fort stress hydrique que s’est développé l’usage de l’eau de récupération. Dans certains pays, la demande en eau dépasse régulièrement la quantité d’eau disponible, menant à des situations de pénurie avec un impact important sur la qualité de vie et le fonctionnement de l’économie. La récupération de l’eau de pluie s’impose ainsi comme l’une des solutions possibles, au même titre que le recyclage des eaux usées ou encore la désalinisation de l’eau de mer.

Plus récemment, les effets du changement climatique ont conduit les pays occidentaux à s’intéresser à la récupération de l’eau de pluie, pour réduire la pression sur le réseau d’eau potable et optimiser la ressource.

  • Depuis le 1er février 2005, la réglementation flamande impose l’installation d’une citerne d’eau de pluie. Sont concernées les constructions et rénovations d’immeubles ayant une toiture d’une surface horizontale supérieure à 75 m2.
  • La région de Bruxelles-Capitale a mis en place la même réglementation fin 2006. Elle s’applique à toutes les nouvelles constructions.
  • Si la Wallonie n’encadre pas encore de façon légale l’installation des citernes d’eau de pluie, certaines communes imposent d’en mettre une en place pour obtenir un permis d’urbanisme. D’autres communes accordent une prime aux habitants qui s’en équipent.

L’eau de pluie ne peut pas être employée pour n’importe quel usage. Elle est ainsi limitée à l’arrosage, au lavage des sols et des véhicules, et à l’alimentation des toilettes ou du lave-linge. Attention : tout raccordement du réseau de récupération d’eau aux canalisations de consommation d’eau est interdit.

Les solutions pour traiter l’eau de récupération

Plusieurs technologies permettent d’assainir l’eau de pluie :

  • L’ozonation, qui fonctionne comme un désinfectant très puissant pour supprimer les bactéries, virus et autres coliformes de l’eau. Par contre, cette solution n’est pas vraiment adaptée à une utilisation chez le particulier, car complexe et coûteuse
  • L’ajout de chlore, qui nettoie l’eau de tous ses micro-organismes pour la rendre potable. C’est la technique la plus utilisée dans les principaux réseaux de distribution d’eau potable, mais chez le particulier, on risque d’être gêné par une mauvaise odeur de chlore. De plus, l’eau traitée de cette manière n’est pas recommandée pour l’arrosage, par exemple. À ces inconvénients se rajoutent le coût de l’entretien – plutôt élevé – et la nécessité de bien maîtriser le réglage d’une pompe doseuse.
  • La microfiltration, une technologie parfaitement adaptée pour le traitement des bactéries pouvant se trouver dans l’eau de récupération, mais assez peu répandue, notamment en raison du coût des consommables. Cette solution nécessite par ailleurs la mise en place d’une installation très importante pour assurer des débits confortables.
  • La désinfection par ultraviolets, la solution la plus économique et la plus utilisée, permettant de supprimer 99,9 % des bactéries par le rayonnement d’une ou plusieurs lampes UVc basse pression.

Quel que soit le type de traitement choisi, il est impératif d’installer un préfiltre – avec grille de sécurité – en amont de l’installation, ainsi qu’un système de filtration mécanique en sortie, pour éviter le passage de poussières, feuilles et autres saletés dans l’eau.

La récupération de l’eau de pluie par les usagers permet de faire des économies et de préserver la ressource en eau. Cette démarche nécessite une bonne connaissance des lois en vigueur, mais constitue un investissement intéressant sur les plans écologique et financier !

Découvrez les autres articles de notre dossier spécial traitement de l'eau

De l’importance du traitement de l’eau résidentielle
↣ Pourquoi installer un adoucisseur d’eau ?
↣ Existe-t-il une alternative à l’adoucisseur d’eau ?